Pensionnats

1883 - 1996
Enfants des Premières nations tenant des lettres formant le mot « Goodbye » au pensionnat indien de Fort Simpson, dans les Territoires du Nord-Ouest, vers 1922. Source : J.F. Moran, Bibliothèque et Archives Canada.Pinterest
Enfants des Premières nations tenant des lettres formant le mot « Goodbye » au pensionnat indien de Fort Simpson, dans les Territoires du Nord-Ouest, vers 1922. Source : J.F. Moran, Bibliothèque et Archives Canada.

En 1883, John A. Macdonald appuie la création de pensionnats financés par le gouvernement. Ces établissements d’enseignement sont des outils d'assimilation soudaine visant à arracher les enfants autochtones à leur famille et à leur culture pour leur inculquer les modes de vie européens. Pendant plus de cent ans, ces établissements ayant pour but de « tuer l’Indien pour sauver l’homme », inspirés de la vision de John A., ont puni ceux qui parlaient leur langue autochtone ou qui préservaient leur culture. La majorité des élèves ont été victimes de violence, de mauvais traitements et de négligence grave, qui ont entraîné d'importants problèmes sociaux et troubles psychologiques chez bon nombre de survivants, au sein des familles et dans les communautés autochtones.